Solanum un Jour ! Solanum Toujours !! Index du Forum Solanum un Jour ! Solanum Toujours !!

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Acte XI - Compagnon

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Solanum un Jour ! Solanum Toujours !! Index du Forum >>> La Genèse >>> Chroniques des Solanum
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pouskinette
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 11 Jan 2014
Messages: 269
Localisation: Pluton
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 猴 Singe

MessagePosté le: Ven 18 Juil - 16:27 (2014)    Sujet du message: Acte XI - Compagnon Répondre en citant

Acte XI : Compagnon




   
 


Les jours passaient. Je tuais des tréants, encore et encore. A chaque fois que je revenais vers le Gardien Till, il demandait de nouveau si je voulais continuer. J’avais cerné le personnage et me doutais qu’il ne posait pas la question innocemment. Alors je continuais. Et puis enfin arriva le jour où il ne me la posa plus. Alors je sus que j’étais prête à quitter ce lieu. De fait, le Gardien Till frappa de sol et comme par enchantement les tréants s’éloignèrent. Je jetais un œil sévère sur le Gardien Till. Depuis le début il aurait pu me laisser partir, mais il m’avait retenu ici volontairement. J’avalais ma colère en laissant, car ce Gardien semblait bien mystérieux et je ne doutais point qu’il avait eu une bonne raison de faire cela. Pour toute explication, il se contenta de me sourire, d’un air de dire, vas, tu peux t’en aller maintenant. Ce que je fis sans tarder. Au dernier moment le Gardien s’écria :    
    
-« N’oublies pas d’en tuer un dernier… »    
    
Je ne me retournais même pas, tant mon désir était grand de m’éloigner enfin. Mais au bout de quelques pas, je dus admettre qu’il avait raison, encore une fois. J’étais venu ici pour trouver quelque chose. Je n’eus aucun mal à en repérer un. Il était là devant moi, et oscillait tellement qu’un aveugle l’aurait démasqué. A croire qu’il me faisait signe ! La flèche le transperça. Le tréant s’évapora et comme par enchantement, une Flûte de Pan tomba sur le sol. J’en étais persuadée, cela aussi le Gardien le contrôlait donc. Je passais tour à tour de l’agacement à l’admiration.     
    
Au sortir de la forêt j’apercevais quelqu’un qui venait dans ma direction. En se rapprochant, je distinguais nettement la démarche d’une femme. Avec un long bâton, une magicienne s’approchait. Elle ne semblait pas menaçante, mais par prudence je gardais une flèche à portée de main. En arrivant à ma hauteur, elle me fit un petit signe de la main et engagea la conversation.    
    
-« Excuses moi jeune archère, je suis à la recherche d’arbres magiques, des tréants, sais-tu si c’est bien par ici ? »    
    
-« Oui, continues tout droit, et enfonces toi suffisamment loin dans cette foret, tu en trouveras sans peine… »    
    
-« Merci beaucoup ! »    
    
Et elle continua son chemin. J’allais lui dire quelque chose sur ce qui l’attendait la bas. Mais je me ravisais et décidais de me taire. Je commençais à comprendre. Tout ceci n’était pas le fruit du hasard. Une sorte d’initiation, d’entraînement. Je n’avais pas encore tous les éléments, mais cela ne faisait aucun doute. Cette forêt était le passage obligé pour toutes les nouvelles recrues. Je la regardais s’éloigner et disparaître dans la végétation. Chacun son tour.    
    
De retour à Juno, je passais voir Lorraine pour lui montrer la Flûte. Elle me félicita, je pouvais désormais me rendre à Dratan. Elle me demanda, avec un œil malicieux, si ma rencontre avec le Gardien Till avait été enrichissante. Je luis fis part de mes impressions. Elle m’écouta en silence. Puis je pris congés, un cadavre m’attendait à Belfist. Du moins je l’espérais.    
    
J’étais partie depuis peu, lorsque Chichi apparut. Elle salua respectueusement Lorraine et lui demanda :    
    
-« Alors ? »    
    
-« Elle progresse vite… et commence à deviner les choses… une belle recrue que tu as fait là. Et nous en aurons besoin dans cette guerre… Elle ira loin, mais pour le moment protèges la bien. »    
    
-« Ne vous inquiétez pas Dame Lorraine…je ne suis jamais bien loin d’elle… »    
    
Lorraine fit un signe approbateur de la tête.     
    

 
   
    
Jajan examina la Flûte. Il leva les yeux vers moi avec un grand sourire qui laissa apparaître des dents presque noires. Enfin pour celles qui étaient toujours là ! Soit cet homme était très vieux soit il avait abusé de l’élixir de vision. Ce breuvage avait des effets hallucinogènes et était très prisés des gens pratiquant la magie. Cela leur permettait de voir des choses, enfin c’est comme cela qu’ils le justifiaient. Mon avis est plutôt qu’ils développaient une addiction à cette plante, l’herbe bleue, dont les racines entraient dans la préparation de l’élixir. Le problème c’est qu’elles contenaient une sève très foncée et particulièrement corrosive. Par conséquent, ceux qui en prenaient régulièrement voyaient leur dentition se noircir dans un premier temps puis progressivement tomber. Jajan devait en prendre depuis déjà longtemps.     
    
En tout cas, si l’élixir lui retirait ses dents, il ne lui retirait pas ses pouvoirs magiques ! Il fit sous mes yeux une chose totalement irrationnelle. Il commença par caresser la Flûte avec des gestes lents et doux. Je n’entendais rien mais j’aurais parié qu’il murmurait quelque chose en même temps. C’était très surprenant, comme si le vieil homme cherchait à rassurer la Flûte. Mais la rassurer de quoi ? Puis il porta la Flûte à ses lèvres et entama une mélodie d’une rare douceur. Presque aussitôt la Flûte se dissipa en une pluie d’étincelles éphémères et un jeune poulain apparut à l’endroit même où elles touchèrent le sol. Incroyable.     
    
Il était si mignon mais me semblait si petit, si frêle. Comment pourrait-il transporter le cadavre de Ralf. Je fis part de mon inquiétude à Jajan.    
    
-« Comme tu as pu le voir, ce cheval n’est pas ordinaire. C’est une créature magique. Là où un cheval ordinaire demanderait des mois pour grandir, celui-ci se nourrira de tes exploits, jeune guerrière. Tues des monstres en grand nombre et ton poulain deviendra rapidement un cheval, plus grand, plus robuste. »    
    
Je repartis vers Belfist avec mon poulain et des questions plein la tête. Je ne doutais pas des paroles de Jajan. Mais lorsqu’il parlait de rapidement cela m’effrayait quelque peu. Rien n’était rapide dans ce monde. J’étais parti chercher un cadavre il y a maintenant plusieurs jours, et j’avais l’impression que chaque événement m’en éloignait de plus en plus. Tuer des monstres en grand nombre ? Rapidement ? Ce Jajan ne manquait pas d’humour. Je me rappelais alors d’une discussion entendue dans la boutique de ma mère. Des voyageurs affirmaient avoir vu au Nord-Est de la ville une colonie de dragons. Ils ne s’étaient pas approchés davantage car leur nombre semblait infini. Voilà qui pourrait mettre utile. Je décidais donc de m’y rendre avant de retourner au temple.    
    
On pouvait les apercevoir de loin. Des nuées dans le ciel. Mon estomac se noua. Etait-ce bien raisonnable ? J’observais le poulain.     
    
-« Tu es conscient de ce que je suis obligé de faire à cause de toi ? »    
    
Qu’espérais-je ? Qu’il me réponde ? La magie à ses limites. Quoique. Il me fixait avec ses deux billes d’un noir intense et brillant. J’eus alors l’impression qu’il se demandait ce que j’attendais pour y aller !    
    
-« Oui ça va ! On y va… »    
    
Et le combat commença. Dès la première flèche, plusieurs dragons s’abattirent sur moi. Décidément, après les Tréants c’était les Dragons. Dès qu’un tombait, deux autres prenaient sa place. J’arrivais à les contenir mais leur nombre grandissant m’inquiétait cependant.     
    
De nombreux dragons avaient déjà péris et je n’aurais su dire si c’était le fruit de la fatigue mais j’avais la nette sensation que le poulain avait un peu grandi. Cela me redonna du courage et me fit oublier une lassitude naissante.     
    
Le temps me sembla une éternité. Je n’aurais su dire de combien le soleil s’était déplacé dans le ciel, car les dragons me le masquait totalement. J’avais un toit vivant au-dessus de ma tête. Mes bras étaient devenus douloureux à forcer de tirer flèches après flèches.     
    
Cachée derrière un bosquet, Chichi observait. Elle remarqua la fatigue envahir sa protégée. Alors, sans se dévoiler, elle pratiqua quelques sortilèges. « Avec ça tu vas retrouver de l’énergie ! ».    
    
Soudain mes tirs s’accélérèrent, comme si je retrouvais un second souffle. Les dragons tombaient de plus en plus vite. Le ciel ! J’apercevais le ciel ! Le combat dura encore un certain temps mais finalement le dernier dragon périt. J’étais presque à bout de souffle. Quelle hécatombe ! Je me retournais. Le poulain à la robe marron avait disparu. Désormais se tenait devant moi, un jeune cheval. Sa taille avait doublé, et sa couleur disparue. Il arborait désormais une robe rouge vif. Le sang de mes ennemis. Son regard avait changé. J’étais son maître et il en était fier. Mais un maître fatigué. Alors je m’allongeais pour me reposer un peu. De toute façon le cadavre de Ralf pouvait bien attendre encore un petit peu.    
    
Une atroce morsure me réveilla…  
 

_________________
C'est parce que la lumière va plus vite que le son que beaucoup de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con !


Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Ven 18 Juil - 16:27 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Solanum un Jour ! Solanum Toujours !! Index du Forum >>> La Genèse >>> Chroniques des Solanum Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo