Solanum un Jour ! Solanum Toujours !! Index du Forum Solanum un Jour ! Solanum Toujours !!

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Acte XXIV : Un Simple Amusement

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Solanum un Jour ! Solanum Toujours !! Index du Forum >>> La Genèse >>> Chroniques des Solanum
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pouskinette
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 11 Jan 2014
Messages: 269
Localisation: Pluton
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 猴 Singe

MessagePosté le: Sam 18 Oct - 22:15 (2014)    Sujet du message: Acte XXIV : Un Simple Amusement Répondre en citant

Episode 24 : Un simple amusement
La surprise passée, je me retournais pour découvrir qui osait me pousser ainsi.

« Aleu l’tio m’nionne que v’la… »

Je reconnus sans mal le bougre de la ruelle, celui qui urinait sur son collègue. A le voir de plus près, le bonhomme valait le détour. Il lui manquait presque toutes les dents et ses yeux étaient… comment dire... sans vie. Mais le pire c’est qu’il me postillonnait dessus et bavait à moitié dans une barbe laissée à l’abandon. Le pire ais je dis ? Non le pire était finalement l’odeur qui s’échappait de ce qui lui servait de bouche. Je décidais de presser le pas pour éviter qu’il ne me touche une seconde fois. Je serrais mon arc si fortement que ma main en était devenu toute pale. Dans mon esprit je dessinais déjà une Fleche de Lumière prête à déclencher les hostilités. « Du calme Milsy. Si tous ces énergumènes sont des amis à lui, il sera difficile de leur échapper, même s’ils sont tous dans un état d’ivresse plus ou moins avancé. »

Je me faufilais avec agilité entre les tables. Evidement l’homme ivre buta sur la première chaise qu’il rencontra. J’espérais que cela suffise pour me débarrasser de lui. En passant devant la table avec les danseuses je remarquais que ce n’était plus le même gars qui avait la tête sous la robe. Apparemment cela n’avait pas l’air de déranger la fille, car elle riait toujours autant. Quant à la seconde danseuse, elle repoussa plusieurs fois violement les mains qui voulaient l’attraper. Apparemment elle n’était prête à s’offrir comme sa collègue. Je me demandais si ces danseuses étaient de mèche avec le tavernier ou bien avec le musicien. Humm…j’aurais bien parié sur le musicien. Primo parce qu’il n’arrêtait pas de regarder celle qui ne voulait pas qu’on la touche, comme s’il surveillait son bien. Secundo parce que le tavernier était bien trop répugnant pour l’imaginer avec l’une de ces filles. Ou alors ce serait avec la moins farouche, ce qui expliquerait bien des choses…

Je secouais la tête pour chasser toutes ces pensées totalement inutiles. Rester concentrée. En me rapprochant du comptoir je découvrais une autre pièce qu’on ne pouvait apercevoir depuis l’entrée. D’où je me trouvais, elle me parut tout aussi bondée et bruyante. Mais je ne pouvais véritablement distinguer ce qu’il s’y passait. La curiosité me guida jusqu’au seuil. Au moment de le franchir, une forme imposante me barra le passage.

-« Que veux-tu ? »

Il s’agissait d’un Magicien Sombre. Je n’en avais jamais vu d’aussi près ! Certes il n’était pas impressionnant comme pouvait l’être un Titan avec sa masse musculaire. Mais sa peau blafarde, ses yeux injectés de sang et ses grandes ailes lui donnaient une apparence qui imposait le respect. La prudence aussi.

-« Heu…je cherche un ami… »

Non mais quelle sotte ! Comme si je n’avais pas pu dire un truc plus intelligent. Le Magicien Sombre me dévisagea bizarrement.

-« Si tu as un ami là-dedans je te plains… » finit-il par dire.

J’essayais de regarder par-dessus son épaule. Mais rien à faire, ses ailes me masquaient la vue. Seuls les cris me parvenaient. Comme des encouragements. Que se passait-il donc ici ? Puis soudain le silence. Un bruit sec. Clac ! Et à nouveau des cris. Je me trémoussais dans tous les sens pour arriver à voir quelque chose. Mais le Magicien Sombre se faisait un malin plaisir de m’en empêcher en déployant ses ailes encore davantage. Arf ! Puis le silence revint et une petite voix se fit entendre.

-« Que se passe-t-il ? »

-« Une fille qui cherche un ami… »

-« Laisses la entrer… si c’est gras-du-bide son ami, je ne voudrais pas les priver d’ultimes retrouvailles ! »

Le Magicien Sombre s’écarta. La pièce était tout en longueur. Certainement destinée à accueillir des banquets car il n’y avait qu’une seule mais très grande table. A l’une des extrémités, un homme était assis sur un tabouret en bois. L’homme était gros. Gras serait plus exact. Il était bâillonné et sa chemise était trempée tant il avait déjà sué. Il me regarda avec des yeux pleins de peur. Je crus y déceler une lueur d’espoir, une prière. A l’autre extrémité, assise également sur un tabouret, la sœur de Xonista. Enfin quand je dis la sœur… au second degré bien sûr. Tant la ressemblance était frappante. Je remarquais aussitôt devant elle, posée sur la table, non pas des poignards comme Xonista, mais une arbalète et un carquois de carreaux. Je remarquais également un verre et une bouteille devant elle. Tout autour de la pièce se massait un groupe de spectateurs. La chasseresse de la nuit s’adressa à moi.

-« Alors princesse…s’agit-il de ton ami ? »

Evidement elle faisait allusion au pauvre bougre assis en face d’elle. Je ne sais pas ce qui me prit à ce moment-là. Persévérer dans ma sottise ? M’apitoyer devant ce malheureux ? Si bien que je fis un petit signe de tête affirmatif.

-« Et bien princesse, sais-tu ce que ton ami a dit lorsque je suis entrée ? Non ? Que cet endroit n’était pas fait pour les gamines. Parce qu’ici on ne servait pas de lait de Fénéant. Et comme ça ne suffisait pas, gras-du-bide a ajouté en parlant de mon arbalète que si jamais j’arrivais à m’en servir, je risquais de me blesser… »

On n’entendait plus que le brouhaha de la pièce d’à côté. Puis elle continua en désignant du regard le Magicien Sombre.

-« Mon ami lui aurait bien coupé les oreilles et le reste sur le champ… mais cela aurait été un peu excessif, ne trouves tu pas ? Bah les Magiciens Sombres sont comme ça… aucun sens de l’humour… tout de suite on taille, on découpe, on désintègre… tandis que moi j’ai bien compris que les propos de grassouillet n’étaient pas dit pour me blesser, mais juste s’amuser… Alors je lui ai proposé un petit amusement moi aussi… qu’il me dise combien de verre du plus fort alcool qu’on servait ici je pouvais boire avant de ne plus arriver à me servir correctement de mon arbalète. »

Bon je m’étais encore mise dans une galère là. Le genre de petit jeu qui ne peut que mal finir.

-« Sais-tu combien il a dit porcinet ? Cinq… et comme je suis très joueuse moi-même… j’ai doublé la mise… Dix ! Quand penses-tu toi ? »

-« Pari tenu ! » répondis-je d’un ton ferme. Ce n’était pas le moment de montrer une quelconque faiblesse. Gras-du-bide me regarda avec les yeux du condamné.

-« Ha ! La petite princesse en a ! J’aime ça ! Ou en étions nous… ha oui à quatre… bon voyons voir ce que ça donne à cinq… »

Aussitôt le vacarme recommença. Les paris fusaient de toutes parts. Les montants étaient déposés sur la table pour éviter tout malentendu. Cette fois-ci en plus du son, j’aillais avoir droit aux images. La Chasseresse de la nuit se saisit de la bouteille et versa un liquide transparent dans le verre posé devant elle. Elle le remplit jusqu’en haut. Puis le porta lentement à ses lèvres afin de ne rien renverser. Le silence se fit. Elle vida le verre d’une traite, sans broncher. Elle reposa le verre. D’une main elle prit l’arbalète et de l’autre un carreau qu’elle plaça sans trembler. Le Magicien Sombre s’était rapproché du pauvre cobaye et déposa un fruit de Tréant sur sa tête. Un frisson me parcouru le dos. Ces fruits n’étaient vraiment pas gros. Un tel tir relevait de l’exploit. Et encore plus au cinquième verre. Je n’osais imaginer au dixième. La Chasseresse leva le bras, visa un court instant. Clac ! Le carreau traversa la pièce, explosant au passage le fruit de Tréant, avant de se planter dans le mur opposé. Des cris de joie ou de déception, suivant le pari effectué, saluèrent ce tir.

Je regardais le pauvre malheureux suer de plus en plus. Son pantalon était tout humide désormais. Il s’était certainement fait dessus. Je commençais à me sentir très mal à l’aise. Comment tout cela allait il finir ? Pour lui ? Pour moi ?
 

_________________
C'est parce que la lumière va plus vite que le son que beaucoup de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con !


Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Sam 18 Oct - 22:15 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Solanum un Jour ! Solanum Toujours !! Index du Forum >>> La Genèse >>> Chroniques des Solanum Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo