Solanum un Jour ! Solanum Toujours !! Index du Forum Solanum un Jour ! Solanum Toujours !!

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Acte IX - Gardien Till

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Solanum un Jour ! Solanum Toujours !! Index du Forum >>> La Genèse >>> Chroniques des Solanum
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pouskinette
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 11 Jan 2014
Messages: 269
Localisation: Pluton
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 猴 Singe

MessagePosté le: Ven 18 Juil - 16:23 (2014)    Sujet du message: Acte IX - Gardien Till Répondre en citant

Acte IX : Gardien Till




   
 


Je restais un long moment seule, sans bouger, perdue dans mes pensées. Des émotions contradictoires m’envahissaient. Le doute. J’avais eu si peur lorsque la mort semblait inévitable. M’être faite avoir si facilement par ces deux vilains me culpabilisait. L’envie. Ce héros surgit de nulle part, si impressionnant, si envoûtant. Devenir un jour son égal, quelle motivation, quel espoir. Je devais me ressaisir, mon travail ici n’était pas fini. Je me remis donc en quête des derniers créatures et finissait de nettoyer l’endroit sans nouvelle difficulté.     
    
Il ne me restait plus qu’à retourner à Juno. Cependant une petite chose me posa question. Comment allais-je ramener le corps du fils du Général ? Certes j’avais pu le traîner, non sans mal, jusqu’à l’entrée, mais désormais cela devenait une autre histoire d’arriver jusqu’au téléporteur. Ma première idée fut de tenter de convaincre Rian de venir m’aider à le porter jusqu’au lieu de téléportation. Mais ce fut peine perdue. Elle ne pouvait abandonner son poste, ne serait ce que quelques instants. Sa présence était indispensable au bon déroulement des voyages. Je dois dire que la raison exacte m’échappait un peu, mais la magie restait un domaine obscur pour moi. L’idée de mettre en doute ses propos ne m’effleura même pas. Il me fallait donc trouver une seconde idée, meilleure que la première.     
    
Je repensais alors aux paroles de Papou. Le dresseur de Pets de Juno ! Un cheval par exemple pourrait facilement faire l’affaire. C’était décidé, je repartais donc pour Juno. J’évitais de passer devant la caserne. Je n’avais pas envie de croiser le Capitaine Véron et ses éventuelles questions. J’utilisais la carte magique pour localiser le dresseur et m’y rendais aussitôt.    
    
-« Bonjour..heu…Dresseur… », en vérité je ne savais comment l’appeler…    
    
-« Entraîneur est la bonne façon de me nommer. » me répondit-il avec un léger sourire, certainement habitué à cette situation.    
    
-« Bonjour Entraîneur… j’aurais besoin d’un compagnon qui puisse transporter une cargaison… »    
    
-« Quel genre de cargaison ? » demanda l’entraîneur en frottant sa barbichette,    
    
-« Heu..disons une marchandise d’un poids équivalent à celui d’un homme…j’avais pensé à une cheval… »    
    
-« Oui… il existe de nombreuses créatures pouvant devenir des compagnons. Lorsque tu auras plus de temps, car tu me sembles pressée, reviens me voir et je te parlerais des compagnons de combat. Pour ton besoin de transport de… marchandises.. il n’y a que deux créatures pouvant le faire. Le cheval et le dragon. Ils peuvent tous les deux transporter quelque chose, ou quelqu’un, sur leur dos. Mais je te conseillerais le cheval. Car même jeune tu pourras lui mettre une charge, alors que le dragon a besoin de grandir un peu. Évidemment si tu as les poches pleines d’or, tu peux en acheter un déjà adulte et tes problèmes seront réglés… »    
    
-« Mes poches sont vides… »    
    
-« Dans ce cas, il ne te reste que le cheval. »    
    
-« Et vous pouvez m’en procurer un ? »    
    
-« Absolument pas. Moi je suis Entraîneur. Lorsque tu auras ton cheval tu viendras me voir et je l’entraînerais pour toi, pour qu’il soit plus obéissant et capable de réaliser un certains nombres d’actions. Mais trouver le cheval, c’est à toi de le faire. »    
    
-« Et comment je trouve un cheval si je n’ai pas quoi en acheter un ? »    
    
-« Vas voir Loraine, elle t’expliquera… »    
    
Moi qui pensais que me procurer un cheval allait être une tache simple. Je commençais à redouter que cela ressemble davantage à une véritable quête. Je suivis donc le conseil de l’Entraîneur et allais voir Loraine. Elle m’expliqua que je devais trouver une Flûte de Pan. J’étais décontenancée. Une Flute ?     
    
-« Oui Milsyka, une Flûte de Pan. C’est un instrument doté d’une magie très particulière. Lorsque tu auras cette Flute tu devras te rendre à Dratan, auprès de Jajan. Lui seul est capable de jouer de cet instrument. Lorsque la mélodie de la Flûte retentira, elle donnera naissance à un jeune poulain. Ton poulain. »    
    
La magie était vraiment merveilleuse, incroyable et incompréhensible ! Comment un air de musique pouvait il faire naître un cheval ? Je décidais de ne pas trop me poser de question, car incapable d’y répondre.     
    
-« Et cette flûte alors ? Ou puis je m’en procurer une ? »    
    
-« Ha c’est bien là le problème jeune Milsyka. Cette Flûte magique ne se fabrique pas chez un artisan. Tu dois en trouver une, et pour cela il n’y a qu’une solution. Rends-toi au Nord de Juno, tu y trouveras des arbres très particuliers, les Tréants. Ils sont vivants et plutôt pacifiques. Mais lorsque tu les attaques ils sont solidaires pour se défendre. Alors fais attention à toi. »    
    
-« Pourquoi les attaquer ? »    
    
-« Pour récupérer une Flûte de Pan. Personne ne sait comment ce mystère s’opère, mais lorsqu’un tréant meure, il arrive qu’une de ses branches, la plus petite, se détache. En tombant au sol elle se transforme en Flûte, faite du bois de la branche. Mais ce miracle se produit peu souvent, alors tu devras certainement tuer beaucoup de tréants avant d’obtenir une Flûte. Mais c’est le seul moyen, alors patiente. »    
    
Je repartais de chez Loraine avec une impression bizarre. J’étais émerveillée de tout ce que je découvrais et entendais. Et en même temps totalement désappointée. Rien ne semblait simple. Et se procurer un cheval prenait réellement la tournure que je redoutais. Une quête qui m’éloignait de ma mission, qui m’éloignait du corps du fils du Général. Tandis que je remontais vers le nord, une idée me revenait sans cesse. Avec tout ce temps perdu, pourvu que le corps soit toujours là à mon retour.    
    

 
   
    
Au fur et à mesure que je remontais vers le Nord, le chemin ne cessait de se rétrécir preuve que ceux qui osaient s’aventurer plus loin étaient peu nombreux. Il faisait chaud cet après-midi là, très chaud même. Soudain l’air me parut plus frais. Quelques pas plus loin je pus reconnaître le bruit familier d’une rivière. De fait, j’arrivais assez rapidement au pied d’un pont qui enjambait une eau si claire qu’elle dévoilait ses rares habitants. Le pont paraissait robuste et je m’y engageais donc sans crainte. Je m’arrêtais à mi-parcours afin de profiter quelques instants de cette bienvenue fraîcheur. L’endroit était si reposant, si calme. Seul le clapotis de l’eau se faisait entendre.     
    
Une fois le pont franchi, le chemin disparaissait presque entièrement. Il s’agissait désormais plus d’une piste à deviner qu’une route toute tracée. Mon impression se confirmait, peu d’aventuriers étaient passés par ici. Pourtant je ne doutais pas d’être sur la bonne voie, car au loin je pouvais déjà apercevoir les premiers arbres. Arrivée à l’orée de la forêt, je constatais qu’à partir de là, la piste devenait à peine visible. Loraine m’avait prévenu que tous les arbres n’étaient pas des trèants. Je devais les trouver et pour cela je devais m’enfoncer dans cette épaisse végétation. Je marchais depuis un long moment lorsqu’enfin j’en aperçus un. Loraine m’avait indiqué comment les distinguer des autres arbres. Il fallait regarder vers le haut. Leur cime ondulait légèrement, tel un géant qui aurait hoché la tête. Oui, là devant moi il s’agissait bien d’un arbre magique. Tout autour de lui, la végétation était immobile. Ce petit balancement trahissait sa vraie nature. Je décochais une flèche de lumière. Dès qu’elle le toucha, le tréant sembla comme se désintégrer dans une pluie d’étincelles brillantes. J’observais méticuleusement le sol à la recherche du trésor convoité. Rien. Loraine m’avait prévenu sur la rareté de l’événement. Je continuais ma progression et en trouvais rapidement un autre. Rien. Puis un autre. Toujours rien.    
    
Je m’enfonçais de plus en plus profondément dans cette forêt désormais plus hostile. Les arbres étaient de plus en plus resserrés comme pour empêcher les intrus d’aller plus loin. Il était fréquent désormais de tomber sur des groupes de plusieurs individus. Comme me l’avait dit Loraine, dès que j’attaquais le premier, les autres se précipitaient vers moi. Précipiter était un peu excessif. Les tréants se déplaçaient plutôt lentement. Si bien qu’il était facile de s’en débarrasser. Mais plus j’avançais et plus le nombre de tréants augmentait. Soudain la situation prit une tournure inattendue. La forêt était maintenant constituée uniquement de tréants, si bien que dès que j’en tuais un, plusieurs arrivaient. Finalement le flot commença à me submerger. Je ne parvenais plus à les tuer assez vite. Ils m’entouraient, me repoussaient. Ils finirent par former comme une véritable muraille. Je cherchais à leur échapper en m’enfonçant encore plus loin. Les tréants étaient si serrés les uns aux autres qu’ils obstruaient la lumière autour de moi. Je n’avais pas vraiment le sentiment d’être en danger, même si les coups de branches commençaient à être douloureux. Mais si je ne craignais pas directement pour ma vie, je redoutais davantage de ne pouvoir sortir de cette prison verte.     
    
Je fus soudain éblouie par une clarté inattendue. Je venais d’entrer dans une sorte de clairière. Une sorte de sanctuaire, car les tréants restèrent à distance. Ils formaient un grand cercle, bloqués par une barrière invisible. Je n’étais pas mécontent de cette accalmie, car mes bras et mes jambes portaient de nombreuses griffures. Pas véritablement dangereuses mais réellement douloureuses.     
    
Au centre de la clairière j’aperçus une sorte de bosquet. Je m’en approchais et commençais à en faire le tour. Je m’arrêtais alors devant un arbre qui m’intrigua. Il avait une forme que je n’avais encore jamais vu. Avec un peu d’imagination on aurait presque pu lui trouver des ressemblances avec une forme humaine. Je l’observais avec curiosité lorsque soudain je fis un pas en arrière. A ma grande surprise il avait parlé.    
    
-« Que puis-je faire pour toi ? »    
    
L’étonnement passé, je reprenais mes esprits. Finalement il était bien à moitié homme et à moitié arbre.     
    
-« Pouvez-vous m’aider à ressortir d’ici ? » demandais je en désignant la barrière de tréants.    
    
-« Oui je le peux… »    
    
-« Et ?... »    
    
-« Fais d’abord quelque chose pour moi, ensuite je te dirais comment repartir. »    
    
Je venais de faire la connaissance du Gardien Till. Ce que ne je savais pas à ce moment-là, c’est que j’étais coincée ici pour un long moment. Car ses demandes n’étaient pas si innocentes que cela.  
 

_________________
C'est parce que la lumière va plus vite que le son que beaucoup de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con !


Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Ven 18 Juil - 16:23 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Solanum un Jour ! Solanum Toujours !! Index du Forum >>> La Genèse >>> Chroniques des Solanum Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo